AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ysleen ♦ La vie a un goût amer sans toi

 :: Le Commencement :: Les Actes de Naissances :: Les Actes en Règles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
la science l'a dit et mon cœur aussi
❖ Date d'inscription : 06/12/2017
❖ Messages : 51
❖ Mes Crédits Mensuels : 1033
tumblr
❖ Âge : Née le 19 Janvier 2090, âgée de 27 ans.
❖ Lieu de Résidence : une Maison à Deerfield.
❖ Autres personnes du logement : J'attends avec impatience le retour de mon époux à la maison.
❖ Occupation : Je suis professeur de gymnastique au sein du YMCA.
❖ Situation Amoureuse : Mariée à un homme que j'aime, un homme qui me manque.
❖ Partenaire : River Corbett, un homme actuellement dans le coma dans une chambre d'hôpital.
❖ Enfants : Je n'ai pas d'enfant. Je sais que c'est rare après deux ans de mariage. Mon époux a eu un grave accident de voiture il y a trois semaines désormais et je ne me sens pas capable d'avoir un enfant sans lui.

Je l'ignore encore mais je suis enceinte de jumeaux.
Elinou
❖ Avatar : Margot Robbie.
❖ Crédits : milles rêves (vava) + ms.palmer (sign).
la science l'a dit et mon cœur aussi
Mer 6 Déc - 22:55



❖ Ysleen Corbett ❖


pièce d'identité
Nom ❖ Mon nom de naissance est Jackson. Ce n'est pas un nom spécialement renommé ou spécialement craint. Mais c'est le seul que je connaisse. Mais étant donné que je suis mariée, je m'appelle désormais Corbett, le nom de mon époux. Prénoms ❖ Je m'appelle Ysleen, c'est mon père qui a décidé de m'appeler ainsi. Je n'ai jamais su pourquoi ni ce que cela signifiait. Âge ❖ Je suis actuellement âgée de vingt-sept ans. Date et lieu de naissance ❖ Selon mes papiers, je suis née à Méridian, une ville de l'Idaho, un état non loin de celui de Washington. Mais en réalité, je suis née bien plus loin que les frontières américaines, étant donné que j'ai vu le jour en Israel, à Tel Aviv. Occupation ❖ Jusqu'à mes 22 ans, j'étais gymnaste professionnelle, en lice pour la médaille d'or aux barres asymétriques. Mais un grave accident m'a privé de la médaille d'or et pire encore, de ma carrière. Désormais, je travaille en tant que professeur de gym Situation Amoureuse ❖ Je suis mariée, un homme que j'ai longtemps cru détester, que j'ai trompé... Mais quand il a eu son accident, je me suis rendu compte que je l'aimais. Partenaire ❖ Je suis l'épouse de River Corbett. Déjà trois semaines qu'il est dans le coma et il me manque terriblement. Anciens Partenaires ❖ Officiellement, je n'ai eu que River dans ma vie. Mais il y a bien mon ancien amant, Pat Sullivan, qui a promis de se venger de moi. Famille ❖ J'ai une très grande famille. Mon père s'appelle Phil Jackson, il est mécanicien à Méridian. Ma mère s'appelle Louise Jackson. Elle est aide-soignante dans l'hôpital de la ville. Ils ont d'abord eu Max Jackson, 35 ans. Puis il y a eu Cornélia Jackson, épouse Wilson, 33 ans. Il y a ensuite Antony Jackson, 29 ans. Je serais venue au monde ensuite. Et enfin, il y a eu Michelle Jackson, 25 ans rapidement suivi d'Enzo Jackson, 24 ans.


en savoir plus sur ta personnalité
Qualités ❖ Attentionnée, c'est un adjectif qui qualifie le caractère ou le comportement d'une personne faisant preuve d'attention, d'amabilité et de gentillesse envers autrui.
Humble est un adjectif  une personne qui fait preuve d'humilité, de modestie.
Patiente est la encore un adjectif qualifiant celle qui sait attendre calmement, qui supporte les choses avec sang-froid.
Défauts ❖ Têtue qualifie quelqu'un d'obstiné, d'opiniâtre et qui est excessivement attaché à ses opinions.
Rancunière correspond à une personne incapable de pardonner quelqu'un pour une action considérée comme un tort personnel.
Jalouse qualifie une personne qui se montre envieuse envers la possession d'une autre personne.
Aime ❖ Aussi étrange que cela puisse paraître étant donné que je l'ai trompé pendant un an, j'aime River, mon époux. Il a fallut une violente dispute qui c'est terminé sur l'oreiller pour que je le comprenne mais cela m'a réellement sauté au visage quand l'hôpital m'a appelé pour me dire qu'il avait eu un accident de voiture et qu'il était dans le coma. Sinon, étant une ancienne sportive de haut niveau, j'aime la gymnastique. Mon rêve aurait été d'en refaire mais les médecins m'ont toujours dit que cela n'aurait pas été raisonnable, que je risquais de perdre ma jambe. Pour finir, mon péché-mignon... Au grand désespoir de River d'ailleurs: le Nutella. Nous nous battions souvent pour savoir lequel aurait le droit de finir le pot et je le prenais souvent en traitre, ne l'attendant pas pour ouvrir le nouveau... Mais depuis trois semaines, je n'ai pas le coeur à en manger.
Déteste ❖ Les inconscients... C'est à cause de l'un d'entre eux que mon époux est dans le coma depuis trois semaines. Qu'ils prennent des risques pour eux, je m'en fiche, ce sont leurs problèmes. Mais qu'ils en fassent courir aux autres, hors de question. L'homme responsable de l'accident de mon époux aurait pu le tuer. Je déteste également l'humour noir. Je suis d'accord qu'il faut rire mais je suis désolé, on ne peut pas rire de tout.
Allergie ❖ Vous voulez dire à part la bêtise humaine? Je suis allergique aux arachides. Cela c'est développé assez rapidement, après avoir mangé une glace avec des éclats de cacahuètes.
Meilleur Souvenir ❖ Je me souviens de cette compétition, il y a bien des années désormais. C'était en 2111, je concourrais aux Etats-Unis pour la sélection aux Jeux Olympiques de l'année suivante. Les JO, c'était ma raison de vivre depuis que j'avais commencé la gymnastique à haut niveau. J'étais une spécialiste des barres asymétriques et je connaissais mes figures par coeur. Alors quand ma note a été annoncée, apprendre ma qualification aux Jeux Olympiques a été le paradis... J'étais loin de me douter qu'un an plus tard, je vivrais l'enfer.
Pire Souvenir ❖ Je n'oublierais jamais cette journée, il y a trois semaines. La matinée était bien avancée quand mon téléphone à sonner. Ne reconnaissant par le numéro, j'ai hésité à décrocher mais j'avais un pressentiment, il fallait que je décroche. C'était l'hôpital qui m'appelait pour me prévenir que mon époux était au bloc, qu'il avait eu un accident de voiture. Qu'il fallait que je vienne d'urgence car ils ne savaient pas si River survivrait.
Plus grande peur ❖ Avant, j'aurais dis que j'avais peur de rien, que la vie était trop courte pour avoir peur de quelque chose... Désormais, je me rends compte que c'est cela qui me terrorise. La vie est courte et elle peut s'arrêter à n'importe quel instant. J'ai peur de me réveiller un matin avec un message de l'hôpital m'annonçant que mon époux est décédé.
Objectif de vie ❖ Mon grand objectif de vie est double: trouver l'amour et avoir des enfants. Si j'ai trouvé l'amour avec River, j'ai peur de le perdre sans avoir pu réaliser mon autre objectif. Je veux des enfants avec River et j'espère de tout coeur qu'il se réveille.
Partenaire Idéal ❖ Je me suis longtemps demandé à quoi pouvait ressembler mon partenaire idéal. Je le voyais intelligent, courageux, aimant... Je n'ai jamais jugé sur le physique. Et maintenant, je me rends compte que mon homme idéal est couché dans un lit d'hôpital, relié à des tubes et des tuyaux. River Corbett est mon homme idéal.



Qui se cache derrière l'écran ?
Je suis Elinou, mais tu peux m'appeler Harley. J'ai 29 belles années ! J'ai découvert Imperium Project grâce à ma douce fondatrice. J'ai un emploi du temps assez chargé, mais je pourrais être présente une fois par jour, pendant douze heures à peu près... Donc tout le temps. Sinon pour représenter mon personnage j'ai choisi Margot Robbie et c'est un inventé. Vous pouvez le classer dans les chanceux qui lui correspond plutôt bien.
Puis si je vous dis quelque chose, c'est normal, vous me connaissez aussi sous le nom de Aylen N. Jensen.

Code:
<pris>Margot Robbie</pris> ❖ Ysleen Corbett

IMPERIUM PROJECT

Revenir en haut Aller en bas
avatar
la science l'a dit et mon cœur aussi
❖ Date d'inscription : 06/12/2017
❖ Messages : 51
❖ Mes Crédits Mensuels : 1033
tumblr
❖ Âge : Née le 19 Janvier 2090, âgée de 27 ans.
❖ Lieu de Résidence : une Maison à Deerfield.
❖ Autres personnes du logement : J'attends avec impatience le retour de mon époux à la maison.
❖ Occupation : Je suis professeur de gymnastique au sein du YMCA.
❖ Situation Amoureuse : Mariée à un homme que j'aime, un homme qui me manque.
❖ Partenaire : River Corbett, un homme actuellement dans le coma dans une chambre d'hôpital.
❖ Enfants : Je n'ai pas d'enfant. Je sais que c'est rare après deux ans de mariage. Mon époux a eu un grave accident de voiture il y a trois semaines désormais et je ne me sens pas capable d'avoir un enfant sans lui.

Je l'ignore encore mais je suis enceinte de jumeaux.
Elinou
❖ Avatar : Margot Robbie.
❖ Crédits : milles rêves (vava) + ms.palmer (sign).
la science l'a dit et mon cœur aussi
Mer 6 Déc - 22:55


Je vais vous raconter mon histoire

Officiellement, j’ai vu le jour à Méridian, une ville d’environ 60 000 habitants, au sein de l’état de l’Idaho. C’est un état voisin de l’état de Washington et j’allais souvent à Ridgeway petite car mon oncle y vivait avec son épouse et leurs quatre enfants. Pour ma part, j’avais la chance d’avoir cinq frères et sœurs. J’ai toujours aimé grandir dans une famille nombreuse, j’avais surtout la chance de ne pas être la première ou la dernière. J’étais au milieu, protégé des grands et protectrice des petits. Mais je ne me suis jamais réellement senti à ma place dans cette famille. Je les aime, là n’est pas le problème. Mais j’ai l’impression de ne pas être leur fille, d’être différente. Toute ma famille est dans l’intellectuel, si je peux m’exprimer ainsi, je suis le seule membre à avoir fait une carrière sportive. De plus, les blonds sont très rares et surtout aussi clair que moi… J’ai souvent posé la question à mes parents quand les autres enfants me disaient que je n’étais pas réellement une Jackson. Ils m’ont toujours répété qu’ils m’aimaient et que donc j’étais leur fille, que je n’avais pas d’inquiétude à avoir. Et pourtant, la vérité est toute autre.

Je suis en réalité née à Tel Aviv, en Israël. Bien loin des Etats-Unis donc. J’avais deux mois quand ma mère a fui le Moyen-Orient, toujours en proie aux guerres de religion. Plus d’un siècle que cela dure et elle refusait l’idée que je grandisse dans un pays en guerre. Elle a réussi à prendre un vol pour les Etats-Unis via l’Europe et elle est arrivée à Washington. Mais elle fut arrêtée par la police de l’immigration et renvoyée là-bas. Cependant, entre temps, elle m’avait déposé sur le porche d’une église, désireuse de m’apporter un bel avenir. Je fus trouvé par le prêtre de la paroisse, toute emmitouflée dans une couverture bien chaude, protégée de la pluie. Il me confia à un orphelinat et j’avais trois mois quand je fus donc adoptée par les Jackson. Ils ne m’en ont jamais parlé et j’ignore complètement qu’ils ne sont pas mes parents biologiques.
❖❖❖
A quatre ans, ma mère me proposa de la suivre à un de ses cours de fitness. Elle adorait se dépenser, elle n’en avait pas l’occasion dans son métier. Elle était aide-soignante dans un service de grands brûlés de l’hôpital de la ville voisine de Méridian et même si elle bougeait souvent, elle était cadre et donc passait son temps dans un bureau. Bien sûr, il lui arrivait de faire des remplacements mais c’était de plus en plus rare. Alors, le soir, elle prenait souvent une petite heure pour elle, pour se défouler. J’avais accepté de l’accompagner tout en promettant d’être sage. Chose rare avec moi étant donné que j’avais la bougeotte. On ne pouvait pas dire que j’étais hyperactive étant donné que j’avais passé des tests pour cette maladie qui étaient revenus négatifs. Mais voilà, j’avais besoin de bouger. Pendant bien quarante-cinq minutes, je restais tranquillement assise sur une chaise, à jouer avec mes lacets de chaussures. Mais quand vous avez besoin de bouger, vous oubliez rapidement votre promesse et je quittais ma chaise pour déambuler dans le gymnase. Franchissant une porte, je tombais sur un cours de gymnastique et je restais bouche bée devant les jeunes personnes qui s’entrainaient. Ils me donnaient l’impression de voler, c’était fantastique. Je m’approchais discrètement des gradins pour m’asseoir, laissant mes jambes balloter dans le vide. J’avais les yeux rivés sur une jeune gymnaste qui s’entrainait sur une machine un peu bizarre. Elle passait d’une barre à l’autre en tournant autour et les barres n’étaient même pas à la même hauteur. Et quand elle quitta la machine, elle s’éleva dans les airs tout en tournoyant sur elle-même. Quand elle retomba sur le tapis, debout, ce fut plus fort que moi et je ne pus m’empêcher d’applaudir. Tous les regards de la salle se tournèrent vers moi et la dite jeune femme s’approcha de moi. Je fus donc rapidement entouré par les jeunes gens qui me montrèrent rapidement ces machines qu’ils appelaient des agrès. Et soudain, un cri. Une personne criait dans les couloirs et je reconnus rapidement mon prénom. Ma mère me retrouva rapidement et commença à me disputer. Autant vous dire que j’aurais passé un très mauvais quart d’heure si la jeune femme ne m’avait pas soutenu. Ma mère sembla se calmer et on put rentrer à la maison. Pendant tout le trajet, je n’arrêtais pas de lui parler de cette jeune femme, de gymnastique et de barres asymétriques. J’avais des étoiles dans les yeux et ma mère n’arrêtait pas de sourire. Alors, dès le lendemain, ma mère retourna au gymnase avec moi et je fus inscrite au club de gymnastique de Méridian.
❖❖❖
Pendant huit ans, je fis de la gymnastique, passant d’un agrès à l’autre. Je les appréciais tous et mon entraineur voulait que je sache m’entrainer sur chacun. Mais moi, ce que je préférais, c’était les barres asymétriques. Mais mon coach refusait de me laisser me spécialiser dans cet agrès, c’était trop tôt pour lui. Je fis donc de la poutre, des anneaux, des barres parallèles et même de la gymnastique au sol. Mais il reconnaissait facilement que j’étais bien meilleure aux barres asymétriques. Alors, un jour, il me fit une grande annonce. J’avais douze ans et j’étais selon lui prête pour me spécialiser. J’allais passer du temps sur mon agrès de prédilection mais je devais être au courant que cela ne me dispenserait pas des autres agrès. J’allais simplement avoir des séances d’entrainement plus longues. Ce fut ainsi pendant encore six ans, jusqu’à mon évaluation professionnelle. Je savais ce que je voulais, faire de la gymnastique au niveau professionnel… Mais ce choix ne me revenait pas, je devais laisser La Science décider. J’attendis les résultats avec anxiété. Et si La Science décidait d’un tout autre destin pour moi? Alors, quand je reçus mon choix de carrière, j’attendis bien trente secondes avant d’ouvrir l’enveloppe, essayant de me préparer au cas où je ne deviendrais pas gymnaste. Et la lettre me combla de joie et de peur en même temps. Parce que je savais qu’en devenant gymnaste professionnelle, je devrais quitter Méridian. J’aimais beaucoup la ville mais le gymnase et le coach n’avait pas les moyens de me faire devenir professionnelle. C’est ainsi que je vins m’installer à Ridgeway, ville que je connaissais déjà car, comme dit, j’y avais un oncle et une tante. J’eus donc droit à un appartement au centre-ville. Mais qui disait centre-ville, disait célibataire, disait futur partenaire. Je savais que là non plus, ce choix ne me reviendrait pas. Et je rêvais que La Science me trouve un homme gentil et aimant, un homme qui ferait tout pour moi. Je savais qu’elle me désignerait mon âme sœur et que je tomberais amoureuse de lui, cela ne faisait aucun doute pour moi.
❖❖❖
Aout 2111, concours américain de gymnastique, en préparation des Jeux Olympiques de 2112… Cette date avait toujours été entourée en rouge sur mon calendrier. Depuis que j’étais devenue gymnaste professionnelle, je ne vivais que pour cela, les Jeux Olympiques. C’était le rêve de tout sportif de haut niveau, à la fois à portée de main et tellement inaccessible. Seuls les meilleurs sportifs étaient qualifiés pour ce rendez-vous mondial et je savais qu’aux Etats-Unis, il y avait bons nombres de gymnastes ayant mon niveau, voire même meilleurs. Mais je ne comptais pas baisser les bras, j’allais tout mettre en œuvre pour réussir à me qualifier et ramener une médaille d’or en gymnastique aux Etats-Unis, ce qui n’était pas arrivée depuis des années. Je concourrais dans deux disciplines, les barres asymétriques mais également l’épreuve par équipe, avec tous les agrès. J’avais donc deux épreuves de qualification, deux bons résultats à faire. Tout le monde dans le club croyait en moi et je ne pouvais donc pas les décevoir. Le jour de l’épreuve des barres asymétriques, je savais que je n’avais pas le droit à l’erreur. Il n’y aurait que deux gymnastes de qualifiées pour les Jeux Olympiques et je devais impérativement faire partie de ces deux-là, je n’avais que ce but. A la présentation des athlètes, nous nous jaugions toutes, essayant de voir laquelle était à battre pour gagner. Et avec l’échauffement, je me rendis compte que cela se jouerait entre une athlète de Floride et moi-même. Un peu présomptueux, je sais… Mais les autres athlètes étaient selon moi un cran en dessous de nous. Et comme je le pensais, la jeune femme de Miami fut excellente lors de son passage. Mais pas parfaite. Cela me laissait une chance de la battre et de décrocher la première place du concours et ainsi ma place aux Jeux. Car il y avait encore une dernière gymnaste après moi et n’être que deuxième signifiait craindre que l’autre passe devant moi et ne me prive de compétition olympique. Sauf que ma prestation fut excellente… Mais là aussi, pas parfaite. Je fis un écart lors de ma sortie qui me priva de quelques points, me retrouvant deuxième du concours. Stressée et déçue, je quittais le gymnase, retrouvant les vestiaires au court de la prestation de la dernière gymnaste. Elle était tellement douée que je ne voyais pas ce qui pourrait rater dans sa présentation. C’était elle qui allait aux Jeux Olympiques et non moi. Assise sur mon banc, je ne pouvais que pleurer mon rêve envolé. Mon entraineur arriva rapidement vers moi et me prit dans ses bras, disant qu’il était quand même fier de moi et que moi aussi, je pouvais être fier. Sauf que je ne l’étais pas… Il ajouta alors que dans quatre ans, je serais prête pour les prochains. Je sortis pour écouter quand même la note de la jeune femme, prête à la féliciter pour sa qualification. Mais les juges mirent un long moment à délibérer quand enfin la nouvelle tomba: 12.200 points. Je restais un moment bloqué, me souvenant de mon propre score: 13.100 points. Je n’arrivais pas à y croire, c’était comme irréel. La jeune gymnaste terminait troisième du concours et moi deuxième… C’était moi qui allais aux Jeux Olympiques. Cela fut de trop pour mes nerfs et je ne pus m’empêcher de fondre en larmes. Je pleurais toujours quand on me remit ma médaille d’argent qui m’offrait un allé simple pour Madrid et les Jeux Olympiques 2112.
❖❖❖
Assise sur le banc avec les autres gymnastes de l’équipe américaine, je regardais ma rivale britannique terminer sa prestation aux barres asymétriques. J’étais terrorisée, je n’osais pas regarder la note qu’elle avait obtenue du jury. J’étais devant elle de très peu de point et elle avait réellement fait une excellente prestation. Mais elle était spécialiste des anneaux. Mon truc à moi, c’était les barres asymétriques et je savais qu’avec ma sortie, je pouvais repasser devant. Car elle me repassa devant au classement et j’eus un petit sourire pour elle quand elle passa devant le banc. Nous étions une grande famille dans la gymnastique, peu importe que l’on concoure les unes contre les autres. Même si là, il s’agissait des Jeux Olympiques, je restais toujours fair-play avec mes rivales. Surtout que la britannique en question était plus devenue une amie de compétition au fil des années. Nous avions le même âge, le même talent à deux agrès différents… C’était cependant mon tour et je ne devais pas me déconcentrer. Ma sortie était très difficile à réaliser, j’avais déjà failli me blesser en la ratant. Mais je ne devais pas rater cette fois, je devais réussir et j’allais le faire. J’offrirais la médaille d’or et le titre de championne olympique aux Etats-Unis. Surtout que toute ma famille se trouvait présente. Je fus appelée et je jetais un bref regard à ma tribu. Les Jackson étaient toujours en famille et même si je ne me sentais pas réellement comme l’une des leurs, ils étaient ma famille. Grâce à un petit trampoline, je fus rapidement en mouvement sur les barres, passant de l’une à l’autre avec une aisance qui m’était propre. Et bientôt, il fut temps d’assener le coup de grâce, ma sortie. Mais dès que je lâchais mes mains, je sus que j’avais raté, que la médaille d’or allait s’envoler. Je n’ai jamais compris ce qu’il c’était passé pour que j’échoue, refusant de revoir les vidéos de l’accident. Alors que je redescendais pour me réceptionner sur le tapis, je me rendais compte que j’étais trop proche de la barre. Ma tempe tapa violemment le bois et je chutais sur le tapis, me brisant le genou. Je restais là, fixant les éclairages au plafond, dans un grand silence. Tout était calme autour de moi, je ne sentais que le mince filet de sang qui glissait le long de ma joue. J’avais l’impression d’être seule, sur un petit nuage. Et soudain, un hurlement glaçant me parvint. Ma mère hurlait et je reprenais petit à petit pied avec la réalité. Mais j’étais comme anesthésiée, je ne sentais rien. Alors que les secours se précipitaient vers moi pour me porter secours, je sombrais petit à petit dans l’inconscience.

Le choc à la tempe avait été très dur et j’avais eu une petite hémorragie cérébrale. Je restais deux mois dans le coma avant de me réveiller dans l’hôpital de Ridgeway, là où je vivais depuis quatre ans désormais. J’avais un tuyau dans la gorge pour respirer, des électrodes sur le corps pour mon rythme cardiaque et d’autres choses dont je vous passe volontiers les détails. Je pus me remettre debout 3 semaines après mon réveil et commença alors une longue rééducation pour pouvoir remarcher. Mon genou était terriblement douloureux et je ne savais pas quoi faire pour calmer la douleur. Ma rééducation dura un an. Un an à souffrir pour remarcher, à ne pas savoir si cela serait possible un jour. A avoir l’espoir de retrouver le monde de la gymnastique… Mais quand je pus enfin remarcher seule, sans béquille ni canne, les médecins furent formelles. Si je retournais à la gymnastique, la barre en acier dans ma jambe ne supporterait pas le poids de mon corps et je perdrais ma jambe. J’allais devoir tirer un trait définitif sur mon rêve olympique et sur la pratique tout court de la gymnastique.
❖❖❖
A la suite de mon accident, je ne fus plus que l’ombre de moi-même. De retour dans mon appartement, je fis une thérapie par le vide. J’enlevais tout ce qui pouvait me rappeler la gymnastique. Mes trophées, les photos et même les articles sur mes victoires, tout termina dans un carton que je pris soin d’envoyer à ma mère, à Méridian, pour qu’elle le garde. Il n’aurait tenu qu’à moi, j’aurais tout fait brûler… Mais j’avais reculé, trop sentimental malgré tout ce que cela m’avait pris. Pendant six mois, je restais dans mon appartement, indifférente aux messages de mes proches à Ridgeway, qui me disaient de venir les voir. Je n’avais plus aucun contact avec le club de gymnastique de YMCA, refusant de leur montrer ce que j’étais devenue. Je sombrais petit à petit dans la dépression. Ce fut mon ancien entraineur qui me fit bouger. Il se déplaça lui-même jusqu’à mon appartement et refusa de partir tant que je ne lui avais pas ouvert la porte. Je n’eus donc pas d’autre choix que de le laisser entrer. Et il me secoua comme un cocotier. Enfin, façon de parler. Mais il eut des mots que jamais je ne lui avais entendus. Lui qui avait toujours été avare en compliment n’arrêtait pas de répéter que j’avais été parfaite, que mon accident était tragique mais que je ne pouvais pas laisser cela me dicter ma vie, me gâcher la vie même. J’avais plus de caractère que cela et je devais accepter que même si je ne faisais plus de gymnastique à haut niveau, elle avait encore sa place dans ma vie. Cela me donna certainement le petit coup de pied aux fesses dont j’avais besoin. Dès le lendemain, j’allais voir une psychologue pour parler. Elle m’écouta parler de moi, de ce que je vivais et ressentais depuis mon accident. Et trois semaines après, je recevais ma nouvelle affectation… Je devenais professeur de gymnastique à YMCA, là où j’avais été formée. Je n’hésitais pas. Je fonçais alors là-bas, retrouvant des têtes que je connaissais bien et qui étaient toutes aussi contentes de me retrouver. C’est ainsi que je commençais à travailler là-bas, enseignant la gymnastique à des enfants, dénichant de petites pépites parfois.
❖❖❖
Si j’avais été contente de recevoir ma nouvelle affectation par La Science, la deuxième lettre de cette dernière me laissa perplexe. J’avais vingt-cinq ans et je recevais ma lettre de partenariat. J’allais épouser un certain River Corbett… Sauf que je n’en avais aucune envie. Après tout, Je connaissais une Corbett en ville et l’on ne pouvait clairement pas dire qu’elle m’appréciait. Elle était venue me voir quelques jours après que j’ai pris mon poste d’entraineur à YMCA pour me parler de sa fille, qu’elle voulait que la demoiselle de huit ans soit championne olympiques à la barre fixe et que pour cela, il serait bon de la spécialiser. Je lui avais expliqué alors que huit ans, c’était trop jeune pour commencer une spécialisation. Et que de toute façon, il fallait que ce soit sa fille qui en fasse la demande. Elle commença à crier, disant qu’elle voulait voir le responsable, qu’elle n’avait rien à faire avec une petite effrontée qui osait lui dicter sa vie. Mon ancien entraineur arriva et lui expliqua la même chose que moi, ajoutant que j’avais été une excellente gymnaste et que mes conseils étaient bons à prendre. Elle me demanda alors mon nom et au rictus mauvais qu’elle eut, je sus qu’elle allait être blessante. Et ce fut le cas… Je restais un temps abasourdi par ce qu’elle avait osé dire, laissant mon entraineur la mettre dehors. Elle avait osé dire qu’elle était contente que j’aie eu mon accident… Car elle n’aurait jamais apprécié qu’une moins que rien comme moi ramène la plus haute récompense possible. Je n’étais rien et elle avait raison, c’était cela le pire. Et voilà que je me retrouvais à épouser son petit frère… Vive les réunions de familles. Mais je n’avais pas d’autres choix que d’accepter même si je savais que cela allait être difficile à supporter si River était aussi imbu de lui-même que l’était sa sœur. Un mois passa avant que je n’aille me marier. J’avais lu tout son dossier et je devais reconnaître que je n’aurais pas pu rêver mieux comme époux. Sauf qu’une fois au palais de justice, je tombais des nues. Il était bien là et me salua poliment mais ne m’accorda qu’un bref regard avant de retourner à son ordinateur. Il n’était pas imbu de lui-même apparemment mais il était cependant complètement indifférent à ma personne. On fut rapidement mariés et il me conduisit jusqu’à notre chez-nous. Il me laissa alors seule, argumentant qu’il devait passer à son travail pour régler quelques affaires avant sa semaine de congé. Le mariage commençait bien. Autant vous dire que la semaine de congé fut agréable mais sans plus. Nous ne parlions quasiment pas ou pour échanger des banalités. J’étais triste et déçue de voir que mon époux ne semblait absolument pas intéressé par ma personne. Cette situation dura quatre mois avant qu’un élément ne vienne s’ajouter.
❖❖❖
Ce soir, je sortais. Et River ne semblait même pas s’en souvenir. Je lui avais dit que je sortais avec des amies et qu’il était le bienvenu s’il voulait. Il m’avait répondu un vague "je vais réfléchir" avant de replonger son nez dans son ordinateur. Et le soir même, aucune trace de River alors je décidais de sortir sans lui. De toute façon, ce n’était pas la première fois qu’il me posait un lapin et je me doutais que ce ne serait pas la dernière fois. Mon mariage allait être long si les choses restaient comme elles étaient. Au bar, je discutais avec mes amis, leur expliquant mon mariage difficile avec River et l’indifférence manifeste de mon époux. Elles me dirent toutes la même chose, de prendre un amant. Mais cette idée me freinait. Je refusais l’idée de tromper River et l’une d’elles ne put s’empêcher de dire que pour le tromper, il aurait déjà fallu que lui me remarque. Je baissais la tête, touchée par ce qu’elle disait. Car elle n’avait pas tort. Etait-ce réellement tromper si le partenaire ne vous a touché qu’une fois, juste après le mariage et uniquement parce que c’était obligatoire? Elles ne tardèrent pas à partir rejoindre leurs propres familles et je restais là, dans le bar, à boire un coca. Un homme vint alors s’asseoir à ma table et commença à me faire la cosette. Il s’appelait Pat Sullivan et avait entendu ce que mes amis me disaient. On discuta ainsi pendant longtemps et on se revit même plusieurs fois après. On commença une liaison tous les deux mais plus le temps passait, plus je me sentais coupable vis-à-vis de River.
❖❖❖
Déjà pratiquement deux ans que j’étais mariée avec River. Il avait tout pour me rendre heureuse mais je ne l’aimais pas. Nous passions notre temps à nous disputer, à croire que nous n’étions bons qu’à cela. Je n’avais jamais rien dit de ma liaison avec Pat et pourtant, lui me rendait heureuse. Il m’offrait des cadeaux que je cachais dans la maison que j’avais avec River, il avait plein d’attention envers moi que River n’avait jamais, trop pris par son métier. Et ce soir, la dispute de trop. Il m’accusait de lui avoir fait perdre son temps dans un mariage pathétique, que nous serions tellement mieux chacun de notre côté. Et moi, comme une idiote, je ne pus m’empêcher de lui rétorquer que la porte était ouverte et que je ne le retenais pas. Ce n’est qu’en entendant la porte claquer que je compris que mon époux avait bel et bien quitté la maison, qu’il me quittait. Tombant des nues, j’essayais de me repasser le fil de la soirée, essayant de me souvenir comment cette dispute avait pu arriver et dégénérer aussi facilement. Assise dans le canapé du salon, j’attendais le retour de River, n’arrivant pas à croire qu’il soit réellement parti. Deux heures passèrent sans que je n’aie de réponse de sa part. N’y tenant plus, je me jetais sur mon téléphone, appelant mon époux. Je commençais réellement à comprendre, à me rendre compte que j’étais attachée à mon époux, que je ne voulais pas le perdre… Mais que j’allais y arriver si je continuais de cette façon. J’appelais trois fois d’affiler sans que cela décroche. Je décidais alors d’appeler une quatrième et dernière fois, décidant que je demanderais le divorce s’il ne me répondait pas. Une personne décrocha au bout de la deuxième sonnerie et une voix de femme s’éleva en réponse. Je ne pus m’empêcher de regarder le téléphone, pensant avoir fait un faux numéro… Mais non, c’était bien le portable de mon époux qui était actuellement entre les mains d’une jeune femme. Je balbutiais quelques mots d’excuse, ne pouvant m’empêcher de lui demander de faire passer un message à River. Quand elle ajouta qu’elle le ferait, je ne pus m’empêcher de lui dire de demander à River si c’était réellement le divorce qu’il voulait… Je raccrochais sans même attendre de réponse, posant le téléphone sur la table basse en mode silencieux. Je ne voulais pas être dérangé. Je rejoignis telle une âme en peine le lit conjugal où j’allais désormais dormir seule, ne pouvant m’empêcher de glisser mon nez dans l’oreiller de River. Et c’est là que je compris qu’il y avait une possibilité pour que je sois tombée amoureuse de lui. Je ne savais pas comment mais j’aimais mon époux. Et il fallait que je m’en rende compte le soir où je le perdais. Fondant en larmes dans l’oreiller, j’étais bien décidée à prendre des somnifères pour dormir. Une demi-heure s’écoula jusqu’à ce que je sente soudain des mains se poser brusquement sur mes épaules. Tout en me débattant, je ne pus m’empêcher de donner une baffe à mon agresseur. Mais la voix qui s’éleva soudain me fit comprendre que River était rentré. Je me sentais soudain toute penaude d’être ainsi surprise la tête dans l’oreiller du jeune homme, à pleurer toutes les larmes de mon corps. Mais ce fut plus fort que moi, je ne pus m’empêcher de l’agresser. Une nouvelle dispute éclata jusqu’à ce que je ne lui hurle que j’étais tombée amoureuse de lui, que je l’aimais. Il resta figé sur place pendant trente bonnes secondes avant de se jeter sur moi tout en me donnant un baiser comme jamais il ne m’en avait donné un. River m’aimait comme je l’aimais. Nous allions peut-être finalement construire quelque chose lui et moi, peut-être que nous allions pouvoir avoir une réelle vie de famille tous les deux. Ce qu’il se passa le reste de cette soirée est clairement interdit aux moins de 18 ans… Faites marcher votre imagination mais n’oubliez pas que je suis toujours très souple…
❖❖❖
Le lendemain de cette soirée, River était déjà parti travailler quand j’ouvris les yeux. J’eus soudain peur d’avoir rêvé nos retrouvailles mais le petit mot glissé sur son oreiller me fit comprendre que tout avait été réel. Je ne pus m’empêcher de sourire bêtement en lisant un simple "je t’aime" griffonné à la hâte. Je serrais un bref instant le mot contre mon cœur avant de le glisser dans mon portefeuille, me préparant pour la journée. J’arrivais au gymnase de bonne heure avant de voir que j’avais un message de Pat. Je l’écoutais alors me dire que ce serait bien que l’on se voit tous les deux ce soir. Cela faisait deux semaines que nous ne nous étions pas vu et encore, la dernière fois, cela avait été juste pour prendre un verre. Je savais ce qu’il voulait étant donné qu’il m’invitait à l’hôtel mais je décidais de ne pas donner suite à son message. River m’aimait et je ne pouvais plus le tromper de cette façon. Alors que j’apprenais un salto pack à une de mes élèves, mon ancien entraineur vint me voir en me disant que je devrais répondre à mon téléphone. Curieuse de savoir qui m’appelait, je vis que j’avais raté trois appels d’un numéro inconnu. Alors que j’allais rappeler, le numéro s’afficha sur mon téléphone, indiquant que l’on essayait de me joindre. Décrochant, soudain un peu inquiète, on me demanda si j’étais Ysleen Corbett. Après avoir confirmée, je sentis le sang quitter mon visage. River venait d’avoir un grave accident de voiture et avait été transporté à l’hôpital dans un état critique. Mon entraineur était près de moi et avait tout entendu. Quand j’eus raccroché, il me dit de foncer à l’hôpital, que ma place était auprès de mon époux. Ce que je fis sans même argumenter. Je refusais l’idée de perdre River alors que je venais de le trouver. Une fois arrivée, on me fit patienter pendant que les médecins s’occupaient de lui. J’ignore combien de temps j’attendis ainsi, assise dans la salle d’attente, le regard perdu dans le vide, jusqu’à ce qu’un médecin ne m’appelle. Je bondis alors sur mes pieds avant de me précipiter vers le médecin. Il m’emmena dans son bureau pour m’expliquer que mon époux avait été grièvement blessé, que les médecins ne savaient pas s’il se réveillerait un jour. Ils ne se prononçaient pas non plus sur sa survie, répondant que s’il passait les prochaines quarante-huit heures, il survivrait. J’eus l’autorisation de le voir un bref instant dans sa chambre. Et le voir ainsi branché de partout avec un tube dans la gorge pour respirer, ce fut de trop. Je ne pus m’empêcher de fondre en larmes tout en quittant la pièce et même l’hôpital. Je rentrais chez moi en catastrophe, relisant le petit mot que River m’avait laissé ce matin. Je ne voulais pas croire que je risquais de tout perdre alors que je touchais enfin au bonheur. En arrivant devant chez moi, je remarquais bien vite la présence de Pat. Il s’étonna de mon absence de réponse et je lui expliquais tout, que River m’aimait, que je ne pouvais pas continuer ainsi, à le tromper. Pat ne sembla pas comprendre et commença à m’aguicher dans la rue mais je le repoussais, ajoutant que s’il continuait, j’appellerais la police. Il me rit au nez en disant que si je faisais cela, il n’hésiterait pas à dire que je trompais mon mari avec lui depuis sept mois. Heureusement, un voisin arriva et Pat partit en jurant qu’il se vengerait de la façon que j’avais eu de l’utiliser.

Voilà désormais trois semaines que River est dans le coma. Trois semaines que j’attends le moindre signe de son réveil, à craindre que cela n’arrive jamais. Je n’ai plus de nouvelles de Pat. J’ai appris il y a peu qu’il a été mis en partenariat avec une jeune femme de Kentucky, un état bien loin de celui de Washington. Je n’ai donc plus à craindre qu’il ne dévoile mon secret, notre liaison. Quand je ne suis pas au gymnase pour travailler, vous pouvez être certains que vous me trouverez à l’hôpital, auprès de mon époux, à guetter le moindre signe de réveil.

IMPERIUM PROJECT

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Jeu 7 Déc - 13:51
Bienvenue chez toi ma belle Tu connais la maison
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la science l'a dit et mon cœur aussi
❖ Date d'inscription : 06/12/2017
❖ Messages : 51
❖ Mes Crédits Mensuels : 1033
tumblr
❖ Âge : Née le 19 Janvier 2090, âgée de 27 ans.
❖ Lieu de Résidence : une Maison à Deerfield.
❖ Autres personnes du logement : J'attends avec impatience le retour de mon époux à la maison.
❖ Occupation : Je suis professeur de gymnastique au sein du YMCA.
❖ Situation Amoureuse : Mariée à un homme que j'aime, un homme qui me manque.
❖ Partenaire : River Corbett, un homme actuellement dans le coma dans une chambre d'hôpital.
❖ Enfants : Je n'ai pas d'enfant. Je sais que c'est rare après deux ans de mariage. Mon époux a eu un grave accident de voiture il y a trois semaines désormais et je ne me sens pas capable d'avoir un enfant sans lui.

Je l'ignore encore mais je suis enceinte de jumeaux.
Elinou
❖ Avatar : Margot Robbie.
❖ Crédits : milles rêves (vava) + ms.palmer (sign).
la science l'a dit et mon cœur aussi
Lun 11 Déc - 18:07
Merci


I'm afraid of losing you
Je voudrais que tu me consoles de celui qui m'a fait si mal ou de celui qui m'abandonne. M'aider à trouver ça banal. Il faudrait que tu me pardonnes d'oublier celui que j'ai aimé. De l'ami, de l'amant ou de l'homme? Garder celui que j'ai pleuré...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
la science est la bienfaitrice de l'humanité
❖ Date d'inscription : 12/10/2017
❖ Messages : 248
❖ Mes Crédits Mensuels : 487

❖ Avatar : Malin comme un Singe
❖ Crédits : Mangouste
la science est la bienfaitrice de l'humanité
Jeu 14 Déc - 18:15

 ...

Félicitation Ysleen

Concernant ton histoire, je la trouve vraiment super. Elle est bien écrite et on retrouve bien les émotions de la demoiselle. Maintenant que tu es officiellement un habitant de notre chère ville, laisse-moi te donner quelques renseignements forts utiles pour le reste de ton séjour. En lisant ton histoire, j'évalue ton score de mérite à élevé. Au vu de ce dernier et d'autres points, je pense que vivre dans une maison à Deerfield serait l'idéal pour toi. Bien sûr tu ne peux pas changer ça et tu dois faire avec... Je te rappelle également que au vu de ton parcours, de ton caractère et d'autres choses qu'il serait trop long de te détailler, j'ai décidé que tu serais professeur de gymnastique. Je peux concevoir que le choix de carrière n'est peut-être pas ce que tu espérais, mais si je t'ai choisi ce métier c'est qu'il est important pour notre société. Puis à mon sens, tu es la personne la mieux placée pour l'exercée. Dans tous les cas, que tu l'aimes ou pas, tu dois faire avec. Mais j'espère vraiment que ce dernier te plait et si ce n'est pas le cas, laisses-lui une chance, je suis sûr que tu me remercieras de l'avoir choisis !

A toi de jouer
Tu peux dès à présent découvrir les merveilles que renferme le forum ainsi que sympathiser et délirer avec les autres membres si ce n'est pas déjà fait ! Cependant afin de ne pas te lâcher complètement dans la nature, voici quelques liens qui te permettront de t'y retrouver  ! Tout d'abord si tu ne l'as pas encore fait, je te conseille d'aller jeter un petit coup d'oeil au règlement, c'est toujours bien de savoir à quoi on a à faire    ! Ensuite bien que la science t'impose un métier, tu te dois de le recenser. Concernant ton logement, c'est la science qui te l'impose, tu n'as pas ton mot à dire, mais tu peux quand même voir ou tu vis et éventuellement savoir qui est ton voisin juste ici ! De plus, pour faciliter l'intégration dans le forum nous avons mis en place un répertoire des membres tu n'as rien à faire seulement à regarder si tu es bien noté, c'est dans ce sujet également que tu pourras savoir qui a quoi comme compte.

Mais bon je suis sûre que tu es surtout impatient(e) de créer ta fiche de liens pour te faire des amis ! Nous avons mis en place des modèles de fiches non obligatoire si tu as envie, ainsi qu'un formulaire de demande de lien, mais tu n'es pas obligé de t'en servir   D'ailleurs il se peut que tu ais besoin de personnes particulière, comme ta moitié ou ta grande tante qui fume comme un pompier ? Il faut les créer dans la catégorie en construction. N'oublies pas de recenser ton scénario, car si tu ne le fais pas, les personnes non inscrits ne pourront pas le voir.  Après si l'envie de RP est présente, mais que tu ne sais pas avec qui en faire tu peux aller rechercher un partenaire ! Ensuite, quand tu auras des rps par milliers, pour ne pas les oublier, tu pourras les mettre dans ton profil. Que te dire d'autre ? Je te recommande vivement le flood où l'on s'amuse comme des petits fous & de passer sur la ChatBox pour rigoler un petit peu ! Sinon pour toutes tes demandes, de lieux, de rang, changement de personnage ou autre, c'est dans la partie réclamation qui faut se rendre.

Je te rappel que si tu es seul, tu peux demander à être mis avec un partenaire, puis si tu veux pimenter la vie si monotone de ton personnage, je t'invite à aller demander à la fatalité d'intervenir dans ta vie.

Maintenant je crois que c'est bon, je peux te lâcher parmi les autres citoyens de la ville   Surtout, n'ais pas peur de faire le petit curieux et va voir un peu partout dans le forum.

Et une dernière chose, amuses-toi bien avec nous  

IMPERIUM PROJECT

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Spots d'xp à revoir
» Missfang petite panda mal montée voulant passer eau
» deck frog monarque
» La tourbière, pour pandawas feu et eau
» les lavis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imperium Project :: Le Commencement :: Les Actes de Naissances :: Les Actes en Règles-
Sauter vers: